Mais pourquoi la sorcière est-elle associée à son « balais volant » ?

Ce mythe est né en Europe au Moyen-Age.
L’aliment le plus consommé à l’époque était le pain de seigle. Ses farines contenaient de l’ergo, un champignon mortel si on en abuse, mais provoquant également des hallucinations intenses à doses  » modérées « .

L’ergo, comme d’autres plantes, a donc eu sa petit heure de gloire, consommé par des curieux avides de sensations fortes.

Et le balais dans tout ça ?

Par voie orale, la consommation du champignon peut provoquer des vomissements. Par voie cutanée, ces effets secondaires disparaissent. Il était donc « préférable » d’absorber le psychotrope en le plaçant directement sur les glandes sudoripares des aisselles OU alors… Par les parties génitales!

Inutile donc de vous faire un dessin quant à l’utilisation du manche à balais placé entre les jambes pour planer, je pense que tout le monde a comprit la métaphore ! 

C’est drôle, ça aurait pourtant été rigolo de représenter les sorcières avec un balais sous chaque aisselle… 

C’était la minute culture G !